l'Atelier Géant
100% Artistes
Goldline Studio Pad testé par Cindy Barillet

Goldline Studio Pad testé par Cindy Barillet

Dans cet article Cindy Barillet nous présente le papier Goldline Studio Pad de Clairefontaine qu’elle a testé pour nous !

Cette gamme nous propose un papier en mélange de coton et de cellulose pour un grammage de 200 g/m², un peu fin mais suffisant pour peindre à l’aquarelle avec légèreté. Le grain fin ressemble à celui d’un papier en cellulose classique – on aimera ou pas selon les goûts de chacun.

 

 

LAVIS (A)

La peinture granuleuse prend la texture du papier et laisse apparaître les alvéoles de celui-ci. La couleur non granuleuse offre un joli lavis sans marque de pinceau et sans effort particulier à fournir pour l’obtenir.

HUMIDE SUR HUMIDE (B)

Ce n’est clairement pas le point fort de ce papier : La peinture semble se répartir comme bon lui semble, coulant au gré des vagues du papier, qui ne manquent pas de se former sur ce grammage léger. On obtient différents degrés de floutés et une tendance à auréoler assez facilement.

 

TOUCHES DE PEINTURE (C)

La texture du papier ne gêne pas la rectitude du tracé. En revanche on notera de réelles démarcations laissées par le pinceau dès que
l’on appuie sur celui-ci.

 

RETRAITS (D)

Deux retraits sur papier sec ont été effectués avec facilité, ce papier permet de soulever les pigments simplement en les frottant avec un pinceau raide humidifié. Attention, il a tendance à boulocher : il s’abîme si l’on insiste trop.

TEXTURES (E ET G)

Au sel et aux auréoles, les textures obtenues sont très marquées, ce qui nous permet de créer facilement des effets stylisés.

 


                                   

GLACIS (F)

Deux glacis ont été réalisés en test, l’un posé très rapidement, l’autre en insistant plus longuement par des coups de pinceaux plus nombreux. Dans les deux cas le résultat est bon : pas d’auréole, la sous-couche n’a pas bougé. À l’usage cependant j’ai senti qu’il valait mieux éviter de superposer trop de couches de peinture, elle a tendance à rester en surface et à se réactiver selon les pigments  employés.

 

 POUR QUEL USAGE ?

Ce papier a beau contenir du coton dans ses fibres, il me paraît moins facile d’emploi que le papier Aquapad de la même gamme Goldline. À réserver  selon moi pour des travaux légers, avec peu de couches de peinture et peu d’eau employée. Il fait également un bon support pour d’autres techniques, notamment le crayon aquarellable et le pastel aquarellable.

 

 

 

 

Liens :
www.cindy-barillet.com
https://www.youtube.com/c/CindyBarillet
https://www.instagram.com/cindybarillet
https://www.facebook.com/artiste.animalier

 

 

 

Artiste peintre autodidacte, blogueuse et youtubeuse, je partage ma passion pour l’art à travers des démonstrations, tutoriels et tests de matériel depuis 2010. Je peins des portraits animaliers sur commande, mais aussi beaucoup d’autres sujets au gré de mes envies, souvent très liés à la nature. Tout m’intéresse dans le domaine de la créativité, et c’est avec beaucoup de joie que je partage mes expériences variées avec mes abonnés !

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

/* ]]> */