Rencontre avec Florence Hamelin, pastelliste

Qui êtes-vous ?

Je suis une artiste dilettante qui a eu un peu de mal à trouver sa voie. Après des études scientifiques, j’ai passé quelques années en fac de psychologie puis j’ai fait des études en graphisme publicitaire. J’ai exercé le métier d’infographiste dans différents domaines dont celui de l’édition. J’ai découvert le pastel sec sur le tard, il y a seulement 5 ans et je cherche dorénavant à me faire connaître en tant que pastelliste. Je n’expose mes travaux que depuis 2 ans et uniquement par le biais d’associations et de salons artistiques spécialisés ou non dans le pastel. Je suis heureuse et fière d’avoir remporté, à ce jour, plusieurs prix.

Racontez-nous votre pratique/votre Art

Je dessine principalement l’après-midi et la nuit et uniquement en atelier. Mes sujets de prédilection sont les individus et les animaux. Je ne travaille mes sujets que d’après photos que j’étudie longuement sous toutes les coutures et avant toutes choses : couleurs, textures, direction de la lumière, etc… Je peux aussi m’aider de photocopies et de l’écran d’ordinateur car analyser ce que l’on regarde est la clé. On s’aperçoit vite que le blanc de l’œil, par exemple, n’est pas seulement blanc et que les carnations sont loin de n’être que roses et brunes. J’utilise un excellent papier légèrement abrasif appelé Mi-Teintes Touch ainsi que principalement les pastels Rembrandt et Blockx associés à bien d’autres marques comme les craies Faber-Castell, les carrés Conté… et enfin les fameux crayons CarbOthello pour les détails. J’effectue une légère esquisse directement sur le papier et commence avant tout par finaliser les yeux : s’ils sont réussis, c’est un bon présage. Je place ensuite les couleurs en commençant par les tons clairs et en finissant par les plus foncés. Ma manière de travailler est très basique. Je suis assez lente et ai du mal à m’arrêter. 

« Bouderie », 50×40 cm

Pourquoi êtes-vous artiste ?

J’ai bien peur que ma réponse s’avère très freudienne ! Quand j’avais 4 ans, j’ai demandé à ma mère de me montrer comment dessiner une princesse. Cet évènement, d’apparence anodine, a pourtant été l’élément déclencheur. Je considère le fait de dessiner comme une démarche intime et égocentrique. Je n’ai pas la volonté de véhiculer un message particulier, je ne dénonce rien et n’ai pas non plus le sentiment de créer quelque chose. Je dessine dans le seul but de m’approprier ce que je perçois, ce qui me séduit, de le rendre mien en essayant de le retranscrire le plus fidèlement possible, qu’il s’agisse d’une expression faciale, d’une attitude ou d’une couleur. Être artiste ne se vit pas forcément dans l’allégresse. Il ne s’agit pas d’un hobby mais plutôt d’un perpétuel challenge envers soi-même, un défi qu’on s’impose volontairement, dans le but d’éprouver sa valeur et qui peut être aussi douloureux que salvateur. En d’autres termes, on est artiste pour apprendre à se connaître.

« Le fard à joue », 40×50 cm

Avez-vous une technique favorite ?

Le pastel sec a ma préférence. Sa facilité d’utilisation, la richesse de ses pigments et sa texture poudreuse que je travaille au doigt en font un médium de choix. Chaque marque de pastels, qu’il s’agisse de bâtons ou de crayons, chaque type de papiers, a ses qualités bien propres et permet des rendus très différents.

« Nu », 50×65 cm

Si vous étiez quelqu’un d’autre, qui seriez-vous ?

J’aimerais être ma chatte, Duchesse, qui est très belle et honteusement gâtée.

« Hindou » (détail), 50×70 cm

Une œuvre que vous auriez aimé réaliser ?

Même si ce n’est pas un pastel, le portrait de Lady Agnew of Lochnaw du grand peintre américain John Singer Sargent.

Avez-vous un conseil à donner aux futurs artistes ?

J’en ai plusieurs ! Il faut vivre son art avec simplicité et sincérité, ainsi que pratiquer sans relâche.

Ne pas hésiter, non plus, à se servir des réseaux sociaux autant pour faire connaître son travail que pour lier contact, se nourrir de la créativité ambiante et aussi divertir les esprits. Je ne partage mon travail en ligne qu’assez récemment et j’ai été très surprise de constater que, parfois, de parfaits inconnus prenaient la peine de m’écrire dans le seul but de me remercier. Pour un artiste, ces remerciements peuvent constituer la plus grande des gratifications et des motivations.

« Jacob », 40×50 cm

Suivez Florence Hamelin sur sa page Facebook : www.facebook.com/FlorenceHamelinArtwork

 

Partager cet article

Votre avis nous interesse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 réflexions au sujet de « Rencontre avec Florence Hamelin, pastelliste »

  1. Le , Siac Kravetz a dit :

    MERCI pour ces beaux visages

    Je suis amateur et je pratique l’aquarelle en atelier….
    ,, je commence seulement à m’initier au pastel En vous découvrant je trouve encore plus de motivation à m’y intéresser…..j’aimerais reproduire le visage d’ une photo qui m’est chère…….vous m’avez donné l’envie .
    MERCI ENCORE

    0
    • Le , Florence Hamelin a dit :

      C’est moi qui vous remercie pour votre message, Siac. Je suis heureuse que mon travail est suscité en vous une nouvelle envie artistique qui sera, j’en suis sûre, très réussie.
      Bien cordialement.

      5
    • Le , Florence Hamelin a dit :

      Merci pour le compliment, Betty. Ayant mis beaucoup de sincérité dans mes réponses, je suis d’autant plus contente que tu aies apprécié cette interview.
      Très bonne route artistique à toi aussi.

      0
  2. je me suis remise à peindre et dessiner il y a quelques années.plutôt à l’huile, mais le pastel m’attire, j’aimerais essayer. J’ai commencé à dessiner moi aussi vers l’âge de 4 ans. J’avais commencé de dessiner avec du pastel sec Mira ma chatte que j’ai perdue l’année dernière, elle était toute noire avec deux beaux yeux jaunes, mais je n’ai pas fini le fond elle était représentée allongée sur une couette. Tes pastels sont magnifiques, ça donne envie. merci aussi pour les conseils pour le choix du matériel. MERCI BEAUCOUP

    0
    • Le , Florence Hamelin a dit :

      Merci beaucoup pour ce gentil message. Même s’il vit des périodes sans pratiquer à cause des aléas de l’existence, le désir de peindre ne quitte jamais un artiste, n’est-ce pas? Heureuse de t’avoir été utile et de t’avoir donné envie de pastelliser de nouveau. En mémoire de la belle Mira, il faudra finir ce pastel.
      Bien chaleureusement.

      0
  3. Le , fournier a dit :

    bonjour Florence,
    je vous félicite pour votre excellent travail. je ne suis pas pastelliste, mon dada c’est l’huile cependant j’ai dans mes contacts une grande Artiste adepte de la pastel. je vous invite à consulter son site http://www.martinesalendre.com
    Martine est présente sur fb Martine Salendre Pastelliste
    non pour comparer vos travaux mais peut-être allez-vous entrer en contact avec cette dernière.
    Bonne continuation pour vos créations, j’aurai plaisir à les consulter.
    cordialement, Philip

    5
    • Le , Florence Hamelin a dit :

      Bonjour Philip et merci beaucoup pour votre compliment.
      Merci également de m’avoir fait connaître cette artiste pastelliste de talent. Nos approches sont plutôt différentes mais cela montre qu’avec ce même beau matériau qu’est le pastel sec, on peut s’exprimer de bien différentes et plaisantes manières.
      Bonne continuation à vous et bien cordialement.

      0
  4. Le , Vinel Odile a dit :

    quelle beauté, quel talent !
    en retraite depuis 3 ans, et n’ayant jamais dessiné depuis mes 16ans, je découvre le pastel, avec une préférence pour le portrait. Mais pour pouvoir rivaliser avec vous, il faudra bien que je tienne encore une cinquantaine d’années !
    merci de cet instant de rêve.

    0
    • Le , Florence Hamelin a dit :

      C’est moi qui vous remercie, Odile, pour votre message et vos très grands compliments.
      De prime abord, j’ai été tentée de vous répondre qu’autant de temps n’était vraiment pas nécessaire pour faire un travail similaire. Mais, à bien y réfléchir, je préfère vous répondre que, oui en effet, ça va être horriblement long et que vous allez devoir tenir encore 50 bonnes années! Je vous souhaite, en tout cas, le plus long des apprentissages.
      Bien cordialement.

      0
    • Le , Florence Hamelin a dit :

      Exposer son travail c’est aussi prendre le risque de déplaire et on ne peut pas plaire à tout le monde. Je vous remercie, Lucas, de m’avoir fait part de votre sentiment ainsi que pour le compliment.

      0
    • Le , Florence Hamelin a dit :

      Bonjour Nadia,
      Merci beaucoup pour votre gentil message et pour vos compliments. Je vous souhaite, à mon tour, une très bonne continuation.
      Bien cordialement.

      0
  5. Le , Tatiana a dit :

    Magnifique!!!! Je commence dans le pastel depuis 1 an seulement, j’espère sincèrement que je vais un jour arriver à votre niveau, mais le défi est difficile!
    Cordialement,
    Tatiana

    0
    • Le , Florence Hamelin a dit :

      Merci beaucoup, Tatiana. Et puisque nous sommes en période de vœux, c’est le moment rêvé pour vous souhaiter de progresser autant que vous le désirez et surtout, surtout, de toujours prendre du plaisir à le faire.
      Très bonne continuation.

      0
  6. Le , Martine Krebs a dit :

    Magnifique, je pratique le pastel et j’adore faire des portraits. les vôtres sont vivants, les yeux, les lèvres brillent…
    Bon, je vais travailler encore et encore et peut être que je serais assez bonne.

    0
    • Le , Florence Hamelin a dit :

      Merci infiniment, Martine, pour votre message. Peut-être que faire des portraits, c’est, après tout, donner aussi un peu la vie…
      Bon travail et surtout, bonne continuation.

      0