l'Atelier Géant
Le papier Fleur de Coton de Clairefontaine
Papier d’art destiné à l’impression, au gaufrage, tirage d’art, prisé par les galeristes, les conservateurs de musées et les collectionneurs d’art.

Avec le concours de ©Natalia Kabiesk : www.nk.art.free.fr – [email protected]

Sa finesse de grain et son encollage le rendent adapté à toutes les autres techniques d’impression et particulièrement la sérigraphie, mais également la lithographie, la taille-douce, la gravure, la typo etc.

Les techniques de gravure

Gravure sur Bois ou sur Linoléum

Les plaques sont gravées en relief : toutes les parties qui ne doivent pas être imprimées sont évacuées à l’aide de gouges plus ou moins fines, le motif final est encré au rouleau, les creux restant vierge de tout encrage. Une feuille est alors déposée sur la plaque puis passée sous presse verticale.

Sérigraphie

Technique d’impression “au pochoir” réalisée avec un écran de soie : les parties “négatives” du motif qui ne sont pas destinées à être imprimées sont masquées. Grâce à une racle, l’encre est poussée à travers la soie dans les parties positives du motif, puis se dépose sur le support.

Taille-douce

Traditionnellement réalisée avec des plaques de cuivre, l’artiste dessine directement sur la plaque avec une pointe de métal. La plaque est alors encrée intégralement avec un chiffon de tarlatane, puis essuyée. L’encre restante est alors prisonnière des creux réalisés avec la pointe. Sur la plaque est ensuite déposée une feuille de papier qui a été préalablement trempée puis partiellement séchée. L’ensemble passe alors sous une presse spéciale à rouleau, dite presse à taille-douce. Lors de cette opération, le papier “pressé” va chercher l’encre dans les creux de la plaque.

Eau-Forte

Se distingue de la taille-douce par l’emploi d’un vernis qui recouvre la plaque et est gratté par la pointe sèche. La plaque est alors plongée dans un bain d’acide, rongeant toutes les parties non protégées par le vernis. La plaque d’impression ainsi obtenue permettra de réaliser plus de passages sous presse qu’avec la taille-douce.

Lithographie

Gravure d’une plaque de calcaire qui est encrée avant d’être mise sous presse verticale.

Papier Fleur de Coton – 250 g/m 2

Le papier Fleur de Coton de Clairefontaine est un papier à la blancheur naturelle 100 % coton à base de longues fibres de coton. Sans acide.

pH neutre avec réserves d’alcaline (résistant au vieillissement). Sans azurant optique.

Papier d’art recommandé pour l’“Intaglio”. Également utilisé pour d’autres techniques de gravure telles que la lithographie, la taille-douce, la sérigraphie, la gravure sur bois, la typo, le gaufrage. Ce papier à base de longues fibres de coton est aussi fort que doux, et demi-collé (interne et seulement à la résine).

D’apparence à la fois très lisse et texturée, il offre une très bonne absorption de l’encre. Même sec, il permet d’appliquer facilement plusieurs couches. Sans azurant optique, il est conseillé pour sa qualité d’archivage. 

TESTÉ PAR DES ARTISTES GRAVEURS

  • SOPHIE FREIMOVITZ : “J’ai apprécié la qualité de ce papier pour les rendus d’aquatintes très légères autant que profondes, sa tenue après impression alors que sa rigidité surprend à premier abord. La blancheur de ce papier est un atout supplémentaire.”

  • JACQUELINE PÉCANTET : “C’est un papier qui a de la main et imprime bien, d’un point de vue “technique”, rien à redire. Mais à mon goût, il est trop blanc et un peu froid et son grain est beaucoup moins riche que celui du BFK. Mais c’est une question de goût personnel !”

  • HÉLÈNE NUÉ : “Sa qualité d’impression est parfaite, c’est le plus important. Mais avec un aspect lisse et rigide, des bords francs, un blanc intense, il est peu chaleureux. J’y ai réalisé un tirage de gravure au burin.”

Découvrez tous nos articles sur Clairefontaine !

Voir plus d'articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.