Comment choisir son pinceau ?

Comment choisir son pinceau ?
 
Choisir son pinceau selon la taille du support utilisé ?
Selon la forme du pinceau ? Selon la fibre ou le poil utilisé ? Selon la technique ?

DESCRIPTIF PINCEAU

  • Sortie : longueur du poil apparente de la virole à l’extrémité extérieure de la touffe.
  • Tirure : longueur totale du poil avant son montage.
  • Monté sur fleur : regrouper les poils en les ajustant à partir de la fleur.
  • Monté sur racine : regrouper les poils en les ajustant à partir de la racine.
  • Virole : partie métallique en cuivre, laiton ou acier nickelé. Enserre les poils et permet leur fixation. Sert de lien entre le manche et la touffe. Dans certaines fabrications, la virole peut être remplacée par une plume.
  • Fleur : extrémité effilée du poil ou de la soie. C’est la fleur qui est en contact avec la surface à travailler. Les poils fins sont à fleur unique, c’est-à-dire une seule extrémité. Les soies de porc sont à fleurs multiples, c’est-à-dire que leur extrémité est divisée en plusieurs parties.
  • Racine : partie qui est à la base du poil, au niveau de la peau de l’animal. La racine se trouve enfermée dans la virole.

DESCRIPTIF PINCEAU

CHOISIR SON PINCEAU SELON LA TAILLE DU SUPPORT UTILISÉ

  • Brosses plates grandes tailles pour les aplats et la mise en couleurs.
  • Spalters pour les grands formats, les fonds et les vernis.
  • Petites brosses rondes pour les détails et les finitions.

SELON LA FORME DU PINCEAU

  • Rond : pour les détails et les traits fins.
  • Extra-court : pour les retouches et repiques.
  • Plat : pour les aplats.
  • Éventail : pour estomper et lisser les couleurs, pour les glacis.
  • Usé bombé : pour une touche arrondie.

SELON LA FIBRE OU LE POIL UTILISÉ

Les poils fins

  • Hydrophiles (qui absorbent l’eau) et oléophiles (qui absorbent l’huile). Coniques et fleur unique. Pour techniques fines et douces.
  • Extra-fins petit-Gris.
  • Fins imitation martre, oreille de bœuf, putois, poney, chèvre.

Les soies de porc

Pinceaux hydrophiles et oléophiles, droites ou cambrées. Fleur multiple pour techniques d’empâtement non agressives.

Les fibres synthétiques

Hydrophiles et oléophobes, droites ou cambrées, fleur unique, pour peintures agressives, par exemple l’acrylique.

SELON LA TECHNIQUE

HUILE

Pas de fibres synthétiques (elles frisent avec les solvants), uniquement des manches longs (peinture sur chevalet).

ACRYLIQUE

Uniquement des manches longs (peinture sur chevalet), fibres synthétiques et/ou naturelles.

  • Travail en épaisseur : fibres nerveuses.
  • Travail avec des couleurs semi-épaisses : fibres médium à bonne capacité de rétention.
  • Travail en jus, glacis : fibres souples à bonne capacité de rétention.

AQUARELLE / GOUACHE

Uniquement des manches courts (peinture “à plat”), fibres synthétiques et/ou naturelles.

  • Grands aplats, travail en jus : fibres naturelles à forte capillarité (petit-gris).
  • Travail de détail : martre, petit-gris.

PRINCIPALES APPELLATIONS

Les pinceaux fins et leur origine

L’origine de la fabrication des pinceaux fins est mal connue. Ce n’est que vers la fin du XVIIIème siècle que, avec l’invention de la virole métallique que la fabrication du pinceau, jusqu’alors très empirique, a pris un caractère artisanal. Mais si l’on compare les méthodes déjà utilisées au XIVème siècle, on s’aperçoit qu’elles n’ont guère changé aujourd’hui et que la tradition rigoureuse demeure le principe des fabrications de qualité.

En effet, si l’automatisation a fait son apparition dans la fabrication de certains pinceaux scolaires ou entrée de gamme, la confection des pinceaux et brosses de qualité beaux-arts reste manuelle.

À savoir

  • Plus la peinture est fluide et plus le pinceau doit être souple : la fibre la plus souple est le poil de petit-gris, à préférer pour les adeptes de l’aquarelle. À l’opposé, pour travailler les pâtes épaisses, le peintre utilisera un pinceau très nerveux, voire “rigide”.
  • La longueur de la fibre modifie la nervosité du pinceau : plus la “sortie” est courte et plus le pinceau a une touche nerveuse.
  • Les poils naturels ont des écailles qui retiennent l’eau, et donc, la couleur qu’elle contient. Ce sont ces écailles qui créent son pouvoir de rétention de la couleur (de 5 à 20 % d’augmentation du diamètre dans l’eau).

partie qui est à la base du poil, au niveau de la peau de l’animal. La racine se trouve enfermée dans la virole.

Partager cet article

Votre avis nous interesse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 réflexions au sujet de « Comment choisir son pinceau ? »

  1. Le , fenilat a dit :

    Merci pour cette page de conseils sur le choix d’un pinceau…super intéressant. Jai partagé afin que mes amis en profitent. ?.bonne journée

    0
  2. Le , Ranchoux Michéle a dit :

    Pourquoi ne trouve-t-on pas de pinceau géant style calligraphie ( environ une dizaine de centimètres de diamètre crin de cheval ?

    0