Le papier Clairefontaine aquarelle Etival testé par Amylee

L’artiste Amylee a testé le papier Clairefontaine aquarelle Etival.

Laissez mouiller les petits papiers

Si je vous dis “Aquarelle”, je suis certaine que tout naturellement vous pensez “eau”, “papier” et “couleur”. L’action de l’eau est très importante dans la technique de l’aquarelle. L’eau influe sur la tension du papier. Il faut donc choisir un grammage adapté à sa manière de travailler, et selon chacun, celle-ci peut être très mouillée, lente, presque sèche ou rapide.

  • LE PAPIER AQUARELLE CLAIREFONTAINE | ETIVAL

Connu de tous les aquarellistes, le papier Etival a la particularité de convenir à de nombreuses techniques d’aquarelle. Il est disponible en 200 g/m2 jusqu’au 300 g/m2, en blocs encollés, en rouleaux, en sacs étuis de grandes feuilles ou en feuilles à l’unité. Les feuilles libres sont intéressantes. Elles permettent de tester la qualité du papier ou peuvent être redimensionnées pour créer des formats sur-mesure. Pour éviter d’avoir à tendre les feuilles, j’opte généralement pour les blocs encollés quatre côtés.

La colle imperméable relie alors toutes les feuilles et empêche l’humidité de s’infiltrer. Le papier ainsi maintenu est immédiatement prêt à l’emploi. La feuille peut se détacher lorsque le travail est terminé et sec. 100% cellulose, plus ou moins blanc selon le grain (sans azurant optique) et sans acide, le papier Etival permet aux couleurs transparentes de conserver toute leur légèreté et leur éclat. Il est disponible dans 3 types de surface : grain fin, grain classic et grain torchon.

Un papier qui s’adapte aux grains de folie des artistes !

Pour faire mieux ressortir le grain des feuilles sur la photo, j’ai frotté un carré esquisse bistre sur mes feuilles.

  • PAPIER ETIVAL | GRAIN FIN

Pressé à froid “Cold Pressed”, le grain fin attire souvent les débutants car il permet la découverte facile et rapide du dessin, de la plume et de l’aquarelle. Il dispose de 2 côtés différents. Le recto est légèrement toilé, il facilite la précision des petits détails et des rehauts. Le verso possède un aspect plus nuageux. En 300 g/m2, le grain fin, permet un travail plus chargé en eau. Ce papier supporte assez bien l’humide. Il ne bouge presque pas.

  • PAPIER ETIVAL | GRAIN CLASSIC

Le grain classic est très utilisé par les aquarellistes car son relief moyen capture bien la couleur. Ce papier robuste ne craint ni le fluide de masquage, ni les lavis à répétition. Il est bien plus blanc que le grain torchon ou le grain fin, et se compose d’un recto grain creusé et d’un verso rugueux nuageux. En 200 g/m2, le grain classic reste économique, il peut s’utiliser en papier d’étude ou de travail “dry-brush”, c’est-à-dire avec une technique de travail rapide et peu chargée en eau. En 300 g/m2, on peut travailler en technique très humide. La couleur aura tendance à se réfugier dans les parties profondes des rugosités et restera alors plus sombre après séchage.

  • PAPIER ETIVAL | GRAIN TORCHON

Très marqué, le grain torchon recueille naturellement la couleur dans les larges creux de ses reliefs. Il présente 2 côtés différents : le recto grain rond toilé et le verso assez lisse. Ce papier convient particulièrement aux compositions fortes et aux grands formats pour créer des effets de profondeurs remarquables. Il ne bouge quasiment pas quand on le mouille. Le repenti se fait très facilement, et les couleurs restent franches.

Pourquoi mouiller les petits papiers ?

  • TECHNIQUE DE L’AQUARELLE | BON À SAVOIR

Les fibres du papier sont fabriquées à partir d’une pâte de coton. Elles ont la particularité de s’allonger au contact de l’eau et de rétrécir durant le séchage. Il est donc important pour le papier aquarelle non encollé (200 g/m2 ou 300 g/m2), de toujours le préparer (le tendre) avant de peindre, et ainsi d’éviter les effets disgracieux du gondolement.

  • 2 FAÇONS DE MOUILLER LE PAPIER

Au pinceau (ou éponge propre) : méthode longue, appliquez l’eau sur le verso et ensuite le recto du papier, séchage + mouillage à répéter 3 ou 4 fois selon grammage.

Le bain : méthode facile, immersion complète du papier dans l’eau environ 5 à 7 min selon grammage.

À NOTER : Dans les 2 cas, toujours bien égoutter la feuille avant de la placer sur le panneau rigide. La feuille saturée d’eau doit être ensuite maintenue avec des bandes de kraft gommé.

Laissez bien sécher avant de peindre.

  • LE SAVIEZ-VOUS ?
  • Plus la texture du papier est granuleuse plus l’absorption sera lente.
  • Pour mouiller le papier, utilisez de préférence une eau froide, purifiée et déminéralisée, celle-ci peu chargée en chlore sera moins agressive avec les couleurs.
  • Pour maroufler une feuille de papier aquarelle, optez pour le papier en rouleau, plus pratique et bien plus économique.
  • Pour vérifier que la fibre du papier soit suffisamment gorgée d’eau, posez la feuille à plat et soulevez un coin. Si la feuille retombe lourdement, c’est que le papier est saturé.

ETIVAL 

Clairefontaine le garantit 100 ans. Collage spécial. Convient à toutes les techniques d’aquarelles. Facile à travailler, il renvoie particulièrement bien la lumière et permet de garder aux couleurs transparentes toute leur légèreté ainsi qu’une luminosité remarquable. Excellente conservation, grande capacité d’absorption, repentirs possible (possibilité d’effacer une trace de peinture). C’est le papier qui rencontre le plus de succès auprès des débutants car il permet la découverte facile et rapide de l’aquarelle.

Caractéristiques techniques :

3 grains au choix :

  • grain fin
  • grain “Classic” avec relief “tramé” léger et régulier.
  • grain torchon grain plus marqué pour donner du caractère à votre peinture, effet tramé unique en son genre.
  • papier blanc naturel.
  • 100 % pure cellulose.
  • Fabriqué sans acide ni azurants optiques, avec réserve alcaline.

Retrouvez l’artiste peintre Amylee sur :

et retrouvez Le Géant Des Beaux-Arts sur :

Votre avis nous interesse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *