Le châssis spécial aquarelle testé par Théo Cathelinais

L’artiste Théo Cathelinais a testé le châssis spécial aquarelle et il présente dans cet article des exemples de réalisations. 

FENÊTRE VÉNITIENNE

Je trouve sur ma tablette un sujet architectural dans mes photos de Venise : une fenêtre aux volets fermés. Une lumière rasante arrive de la gauche et donne de belles ombres sur les enduits de couleur grise à tendance chaude. Des parties sont décollées laissant des briques apparentes. Bref, un sujet que j’affectionne.

Le châssis spécial aquarelle testé par Théo Cathelinais

Comme pour la petite nature morte, je trace un dessin très léger. Avec de la gomme liquide, je garde quelques “blancs”: la corde qui pend et quelques feuilles. Puis je mouille abondamment toute la surface. Je laisse l’eau pénétrer le support une petite minute, puis, j’enlève le surplus avec un gros pinceau que j’essore au fur et à mesure afin d’obtenir une belle surface satinée. Pendant cette opération, j’incline le châssis à plusieurs reprises dans tous les sens et j’aspire l’eau dans la partie basse.

Je m’aide d’un sèche-cheveux un peu éloigné du support pour accélérer le séchage : température basse. Je fais attention de ne pas déplacer les pigments !

Je renforce les couleurs de toutes les parties de l’aquarelle comme j’en ai l’habitude. En effet, afin de garder une harmonie pendant toute la réalisation d’une peinture, il est nécessaire de travailler son ensemble avec toutes les couleurs choisies pour son exécution. Je me contente de ne pas peindre les entourages de la fenêtre qui resteront en partie blancs. J’aime beaucoup la luminosité et la transparence de pigments sur ce support à ce stade d’exécution.

Je me concentre à ce stade sur les volets et les ombres des embrasures. La partie gauche est plus foncée, donc plus de vert bleuté. La partie droite est plus claire avec de tons plus chauds. La lumière vient d’en haut à gauche vers le bas à droite. Avec un pinceau plat, je trace les lames des volets ainsi que les traverses de fixation.
Je laisse volontairement des parties inachevées.

Le châssis spécial aquarelle testé par Théo Cathelinais   Le châssis spécial aquarelle testé par Théo Cathelinais  Le châssis spécial aquarelle testé par Théo Cathelinais

C’est le stade où tout se joue !

Travail sur les enduits, les ombres, renforcements des couleurs plus intenses. J’enlève la gomme liquide puis, je travaille partout passant des briques aux feuillages, de la corde aux joints des pierres apparentes. Je prends du recul en observant le modèle et mon aquarelle : j’ajoute quelques touches jusqu’au moment où je dis : STOP ! À ce moment, je sais que tout est dit. Aller trop loin ne ferait qu’alourdir l’ensemble.

Je suis content de ce premier résultat qui me semble très lumineux. J’ai très envie de tenter l’expérience sur d’autres toiles avec des thèmes différents : portraits, paysages, musique etc. tellement j’ai pris de plaisir à peindre sur ce support. Une marge de progression est certainement possible en travaillant régulièrement sur ce support qui n’a pas fini de nous étonner.

Le châssis spécial aquarelle testé par Théo Cathelinais

Quelques exemples d’autres réalisations ! 

     

Retrouvez tous les articles de Théo Cathelinais ici !

Partager cet article

Votre avis nous interesse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *