l'Atelier Géant
calligraphie

La calligraphie, le geste parfait

La calligraphie, le geste parfait
 
La calligraphie est née en Chine il y a plusieurs milliers d’années, puis s’est étendue à la Corée et au Japon. Cet art plein de mysticisme connaît un succès grandissant en Europe, car outre son aspect esthètique c’est une véritable leçon de sérénité et d’harmonie.

La peinture chinoise a toujours exercé sur nous une grande fascination par son style, sa technique et sa vision du monde. A partir de quelques traits d’une grande sobriété, les artistes asiatiques font naître tout un univers où surgissent de la brume, des lacs, des montagnes et d’étranges créatures douées d’une vie étonnante.

Calligraphie

 

Une vision du monde
sceauLa peinture asiatique est très différente de la nôtre, par son aspect mais aussi en raison de ses références culturelles. La peinture classique occidentale tend en effet à représenter le monde et les objets d’un point de vue réaliste. Elle s’appuie pour cela sur une organisation rigoureuse, et structurée du tableau, avec une juste répartition de l’ombre, de la lumière et, avant tout, d’une forte présence de la couleur. La calligraphie au contraire, se passe de tout élément additionnel. Bien que cet art s’attache également à explorer le mondavec une grande précision, son but n’est pas de figurer fidèlement la réalité mais de permettre au spectateur de percevoir les mouvements que le calligraphe a imprimés à son pinceau. Il s’agit pour l’artiste de représenter les idées essentielles, ainsi que ses émotions, sous une forme condensée. Pour cette raison, l’art de l’allusion et de la suggestion est prédominant.

L’importance du blanc
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’espace blanc laissé par le calligraphe revêt une importance considérable. Cette surface blanche ne relève pas d’une simple économie de papier, comme c’est le cas pour la peinture occidentale, elle constitue au contraire la clef de voûte de l’œuvre. Les espaces blancs prennent vie et créent un effet de profondeur lorsque l’artiste parvient à “fusionner” avec son sujet. Le taoïsme est à l’origine de ce concept influencé lui-même par le Bouddhisme zen. L’espace blanc laissé par le calligraphe est une référence directe à la religion et peut, au premier abord, déconcerter les artistes occidentaux.

Véritable symphonie
On ne demande en effet pas au peintre de se fondre dans l’objet qu’il représente pour restituer son âme. Cette philosophie recèle toutefois un énorme potentiel. La calligraphie d’Extrême Orient favorise l’expression personnelle dans toute sa plénitude. Elle exige de la spontanéité mais aussi une intégration harmonieuse de l’esprit dans sa création. Le calligraphe, tel un musicien, pose ses notes de couleur sur le papier. L’harmonie n’est pas seulement sur la feuille, elle est dans le geste tout entier.

Voir plus d'articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.