l'Atelier Géant

Test des blocs Gerstaecker à l’aquarelle par Jo York

Test des blocs Gerstaecker à l’aquarelle par Jo York

Après avoir testé le crayon sanguine, le fusain, le pastel sec, l’encre et la plume, les techniques mixtes et les marqueurs sur les blocs N°1, 2, 3, 4 et 5 de Gerstaecker, Jo York a testé l’aquarelle.

Découvrez ci-dessous ses impressions.

Aquarelle

Test des blocs Gerstaecker à l'aquarelle par Jo York
© Jo York, www.joyorkart.co.uk

Tout à droite : N°1 – Dans les échantillons ci-dessus, j’ai essayé de masquer avec du ruban adhésif déchiré et du liquide de masquage, et ceux-ci ont bien fonctionné sur le papier N°1. L’aquarelle est assez maniable sur papier et a donné une bonne finition, mais j’ai dû aplatir le papier pour le photographier car il s’est considérablement déformé… J’utiliserais ceci plutôt pour les esquisses rapides et les échantillons de couleur dans l’aquarelle, mais pas pour des travaux plus développés où je serais susceptible d’utiliser beaucoup d’eau. (Une excellente solution pour éviter le gondolement du papier est d’étirer le papier en premier, mais j’ai constaté que le papier N°1 ne s’étale pas particulièrement bien. Cependant, c’est une très bonne option pour tester vos couleurs et vous habituer à vos peintures).

Deuxièmement en partant de la gauche : N°2 – *Ici, l’échantillon supérieur utilise des bords masqués, et le milieu et le bas utilisent du fluide de masquage. Les deux techniques pour préserver le blanc du papier ont été réellement réussies, et c’est un bon support pour les aquarelles qui donne un éclat agréable et de la clarté à la couleur.

Au centre : N°3 – **Excellent pour toutes les techniques d’aquarelle, ce qui n’est pas surprenant car il s’agit d’un papier spécial aquarelle. Ruban adhésif et le liquide de masquage ont tous les deux très bien fonctionné, et n’ont donné aucun dommage au papier quand ils ont été enlevés. Très bonne finition avec une couleur brillante et peu ou pas de déformation de la surface en raison du grammage et la résistance du papier. Pour les œuvres finies, où vous avez l’intention de faire de nombreuses couches d’eau, ce papier s’étirera très bien, afin d’éviter tout risque de déformation et gondolement  qui peut ruiner l’apparence du travail délicat.

Deuxième en partant de la droite : N°4 – Les aquarelles ont besoin d’un support blanc ou crème pour l’éclat et la clarté de leur couleur, ce n’est donc pas du tout un choix habituel pour l’aquarelle, MAIS j’ai trouvé que j’ai beaucoup aimé l’aspect plus sombre de la couleur ! J’utiliserais donc occasionnellement le papier n°4 avec de l’aquarelle, si je cherche à avoir des couleurs plus vaseuses et sombres. Il faut cependant éviter de trop mouiller, pour éviter de faire gondoler le papier.

Tout à droite : N°5 – **Toutes les techniques ont très bien fonctionné sur ce support polyvalent. Les couleurs semblent propres et nettes et les techniques de masquage ont très bien fonctionné sans aucun problème au moment de les ôter. Le grammage de ce papier a permis qu’il y ait peu ou pas de déformations dues à l’humidité, mais le No 5 s’étirera bien si vous avez l’intention de produire une œuvre finie prête à être encadrée.

Test des blocs Gerstaecker à l'aquarelle par Jo York
© Jo York, www.joyorkart.co.uk

Ici vous pouvez mélanger couleurs sur le N°5, qui fonctionne sur le liquide de masquage qui a été partiellement enlevé en haut du papier.

L’image ci-dessus montre les lourdes couches de couleurs mouillées appliquées au papier N°4 sur ↑ le liquide de masquage.

Test des blocs Gerstaecker par Jo York
© Jo York, www.joyorkart.co.uk

Pour résumer mon expérience de l’utilisation des papiers n°1, n°2, n°3, n°4 et n°5, voici quelques points essentiels. J’ai également marqué avec une « * » devant les types papiers où je sentais que chaque technique avait bien fonctionné, et avec deux « ** » où les résultats étaient exceptionnellement agréable et le papier a offert un support idéal …

Aquarelle

  • N°1 pour des tests et échantillons rapides et économiques.
  • N°2 * pour une bonne finition avec une belle couleur propre.
  • N°3 ** pour une surface spécialisée et idéale pour l’aquarelle et capable de supporter toutes les techniques avec aplomb.
  • N°4 pour les palettes de couleurs douces MAIS évitez l’accumulation d’eau.
  • N°5 ** pour une alternative au N°3, pour un support excellent, solide et stable et pouvant être étiré si nécessaire.

Ma liste de matériel :

Tous les matériaux sont disponibles sur le site du Géant des Beaux-Arts : www.geant-beaux-arts.fr

J’utilise également :

  • du papier journal pour travailler dessus
  • serviette en papier et liquide vaisselle pour le nettoyage
  • un petit morceau de verre ou de plateau ou de carreau pour étaler l’encre pour l’impression

Astuce : Essayez d’expérimenter comme je l’ai fait avec une gamme de médiums et de techniques sur toute une variété de supports et papiers, en gardant vos résultats. Ce que vous allez faire sera vraiment une ressource fantastique lorsque vous sélectionnerez des papiers!

Lien artiste : Si avez apprécié expérimenter plusieurs techniques sur différents papiers et que vous avez envie de les utiliser pour en faire une oeuvre, jetez un œil au  travail fantastique de l’artiste de Pembrokeshire, David Tress, qui crée des peintures puissantes et expressives, souvent avec des éléments de collages : http://www.davidtress.co.uk

Retrouvez tous les tests de l’artiste Jo York sur les blocs N°1, 2, 3, 4, 5 Gerstaecker ici !

Voir plus d'articles

Un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.